Faire son déodorant

Les déos du commerce sont faits avec des sels d’aluminium, des parabens pour les conserver, et de l’alcool. Donc, comme tout le monde, j’ai voulu essayer une alternative que personne n’a jamais incriminée de risques pour la santé.

J’ai donc fabriqué mon propre déo à partir de la recette super facile d’Antigone XXI, que je vous indique ici avec mes modifications.

20160206_191427

Ingrédients :

  • 50 g. d’huile de noix de coco liquide (= laissée au soleil ou chauffée préalablement au micro-ondes ou bain-marie) – pour la consistance.
  • 30 g. de bicarbonate de soude ultra fin : le mien a fait un tour au mortier au cas où – pour ses propriétés anti odeurs et anti-bactériennes
  • 20 g. de fécule (de la bête Maïzena pour moi) ou d’arrow-root – pour épaissir
  • 10 gouttes d’huile essentielle de votre choix : origan pour moi, parce qu’elle sent bon et pour ses propriétés antibactériennes. Comme vous le savez, les huiles essentielles ne sont pas anodines, il est impératif de vous renseigner avec précaution sur les propriétés et effets secondaires de celle que vous comptez utiliser. – pour le parfum.
  • facultatif : 4 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse (eh oui, la vitamine C est un excellent conservateur !) ou d’un autre conservateur à votre convenance.

il faut aller lire son post sur son blog !

20160206_192210
L’huile de coco liquide après quelques minutes au bain-marie.

 On verse l’huile de noix de coco liquide dans le contenant qui contiendra le déo (un pot de yaourt en verre avec son couvercle pour moi), et on y ajoute tout doucement le bicarbonate et la fécule, en remuant régulièrement et énergiquement avec une fouchette pour éviter la formation de grumeaux.

Ceci fait, on ajoute l’huile essentielle et le conservateur.

On referme son contenant et on laisse refroidir pour retrouver une texture solide.

Ce déo peut s’utiliser dans un roll-on si vous en avez un qui est réutilisable, ou sinon – ce que je fais – en en prélevant une noisette avec l’index pour l’appliquer sur les aisselles.

20160206_192708

Je compte en prélever quelques cuillers dans un tout petit pot pour l’emporter en voyage !

Entretenir sa paranoïa : la piscine

La piscine c’est bien, il y a tous les âges, toutes les corpulences, là au moins personne juge, et puis on peut faire du sport sans être embêtés, se détendre, y passer tout le temps qu’on veut.

Que nenni.

Tu commences par vouloir nager dans la moitié sans lignes d’eau, il y a, logiquement, des enfants qui jouent, des adultes plantés debout au milieu juste là où finit le petit bain, et des gens qui essayent diverses planches et flotteurs.

Tu te rabats donc dans la lige d’eau « nageur lent », parce que bon, t’es pas venu-e pour faire de la compète. Tu te retrouves à slalomer entre les nageurs plus que lents et à doubler trois personnes par longueur, quand tu ne te prends pas le pied du nageur qui est devant dans ton menton (qui est derrière, si vous suivez). Il l’a fait exprès, c’est certain.

Tu changes de ligne, tu passes chez les nageurs moyens. Un connard qui fait du dos crawlé, aka la nage la plus lente du monde, te convainc que chez les moyens aussi on a décidé de t’empêcher de te détendre.

Chez les nageurs rapides, c’est même pas la peine, t’es pas venu-e battre un record on a dit. Et puis eux, si, ils flottent et glissent sur et sous l’eau et ça fait bouger les muscles de leurs grosses épaules luisantes d’eau de javel. Tu te perds un peu en scénarii de films pour adultes à base de nageurs de compétitions en slips et sans les claquettes pour marcher au bord, ah non trop tard je visualise les claquettes c’es foutu, et tu retournes chez les moyens.

Tu commences à être un peu fatigué-e d’avoir tant slalomé, alors maintenant c’est toi qu’on double. Tu as même vu quelqu’un ne pas finir sa longueur et faire demi-tour à 8 mètres du bord quand toi, tu touchais le bord, pour être sûr de ne pas se retrouver derrière toi. Hashtag vexation.

Tu retournes chez les lents, ici au moins tu ne rencontreras aucun signe que tu ne nages pas assez bien. Tu travailles ton crawl en respirant bien et sans battre des jambes, quand tu heurtes la plante de pieds dégoûtante du connard qui fait du dos. Qui a lui aussi décidé de ne plus déranger personne – cherchez l’erreur – en allant dans la file lente. En le doublant, tu te prends en pleine figure la main de la crawleuse d’en face qui, crawl oblige, ne levait pas la tête et ne s’attendait pas à trouver quiconque en face d’elle à contre-sens. Heureusement qu’on n’est pas sur une route, tu serais un danger public.

Tu as eu tort, et en plus tu as mal à l’oeil maintenant. Tu repasses du côté sans lignes d’eau, les enfants sont partis, et ces gens qui papotent ça ne fera pas plus de slalom que dans les lignes, après tout.
Tu tentes laborieusement de compléter ta longueur quand un groupe de quatre jeunes crawleurs de compétition te passe devant à toute allure dans un fracas de remous, de mouvement parfaits et de biceps gonflés. Et repasse en sens inverse au retour. Il faut évidemment que tu dévies ta trajectoire pour les laisser passer.

On n’est plus tranquille nulle part.

Tu sors, épuisé-e moralement plus que physiquement, et tu te dis que la prochaine fois, ce sera vélo d’appartement absolument seul-e.

Tu avais évidemment oublié les douches communes avec la mousse du gel douche des autres qui dégouline jusqu’à tes pieds, et le sol dégoutant des vestiaires à cause de tous ces gens qui marchent en tongs de plage encore sales de l’été à la mer au lieu d’être pieds nus.

Le sport ça détend tellement.

FIBD Angoulême 2016

De retour du festival sexiste !

Bon, fi des mauvaises langues, c’était très bien, malgré le manque de représentativité du festival déjà décrié y compris ici sur Génialifique.20160129_140658

C’était mon premier Angoulême, j’ai aimé les expos, surtout l’expo sur l’art de Morris, très bien faite, qui décortique brillamment le travail du maître, et la série des « coulisses » des auteurs des Lastman projetée dans l’expo éponyme.

J’ai moins aimé le monde dans l’espace BD adultes, et l’attente pour obtenir des dédicaces des auteur-e-s les plus connu-e-s.

Il faut passer du temps dans les espaces BD indépendante et les expos qui sont moins plein-e-s de monde et qui font découvrir des nouveautés et des performances comme ces dessinateurs qui vous fabriquent une immense fresque sous vos yeux ébahis et admiratifs.

20160129_164022
Un live draw en cours au FIBD 2016 à Angoulême. Très impressionnant ! 

Bon, et je repars tout de même avec un lapinot dessiné par Tronheim et un méchant cow-boy par Mathieu Bonhomme !

Le grand prix est par ailleurs allé au Belge Hermann.

Madeleines au matcha et au chocolat blanc

20160116_101005

Ingrédients pour 20 madeleines :

  • 140 G de farine
  • 125 G de sucre blanc
  • 1 càc de levure chimique
  • 3 oeufs
  • 125 G de beurre demi-sel fondu
  • 4 càs de matcha en poudre ( cette poudre toute verte de thé vert, en vente dans les épiceries japonaises)
  • une tablette de bon chocolat blanc.
  • 1 càs de miel

Mélangez tous les ingrédients.

20160115_180637
ici du beurre qui fond et une préparation qui se prépare.

Laissez reposer au frais au moins 1h.

Préchauffez votre four à 250 degrés.

Faites fondre doucement le chocolat blanc dans une casserole (ou au micro-ondes) avec une cuillère à soupe de lait ou d’eau.

 

Doucement, hein, sinon vous obtiendrez ceci :

20160115_221921
Oh, du chocolat blanc tout cramé !

Beurrez ou huilez un moule à madeleines, puis remplissez chaque cavité aux deux tiers (ça va lever !). Enfournez pour 4mn.

Ensuite, sans ouvrir la porte, baissez le thermostat à 180 degrés et laissez encore cuire 6mn. C’est ainsi que les madeleines vont gonfler et former cette jolie bosse ! Cette technique de cuisson est volée chez les géniales épicières de la super supérette.

Sortez les madeleines du four, démoulez, et appliquez le chocolat blanc liquide avec un pinceau ou le dos d’une cuillère sur le dessous de la madeleine. Vous pouvez aussi directement tremper chaque madeleine dans le chocolat chaud, mais doublez les quantités de chocolat à faire fondre !

Laissez sécher les madeleines le ventre en l’air, si je puis dire, et au frigo, pour que le chocolat durcisse.

Préparez-vous un thé et savourez.

 

 

 

 

 

La salade des bobos d’hiver

Ou la salade d’hiver des bobos…

20160124_134741

Bref, allez dans votre magasin bio préféré, prenez ce qui pousse en hiver, à savoir :

  • une betterave rouge
  • 150g de chou Kale
  • une dizaine de petits champignons bruns, ou 6 gros
  • une poignée de fruits secs (abricots pour ma part)
  • une poignée d’amandes ou de cacahuètes
  • une pomme
  • 500g de tofu nature
  • un yaourt nature
  • le jus de deux citrons (ou 4 limes)
  • condiments : pâte de sésame (tahin), huile de noix ou de sésame, sauce au piment (cho go chu jang coréenne pour ma part), sauce soja, curry en poudre, vinaigre (Xérès pour ma part).

Faites mariner le tofu, idéalement toute la nuit, sinon minimum 1h dans un récipient fermé avec un mélange de sauce soja, huile, jus d’un citron, curry en poudre, poivre.

20160124_094748

Le lendemain, coupez-le en dés et faites sauter dans une poele chaude avec la marinade.

20160124_095047

Râpez la betterave et la pomme, pelées.

Découpez les fruits secs en petits morceaux.

Coupez en tranches les champigons lavés ou pelés.

Lavez le kale et enlevez les grosses tiges. Dans un saladier, mélangez tahin, jus de citron, huile de noix, 2 cuillers à soupe de vinaigre, et frottez énergiquement les feuilles de kale dans ce mélange pour les attendrir.

20160124_095234

Disposez ensuite tous les ingrédients dans le saladier, y compris les amandes/cacahuètes.

Pour la sauce, mélangez le yaourt nature avec une cuiller à soupe de tahin, une d’huile, du sel.

Saupoudrez votre salade d’un peu de sauce pimentée si vous aimez, et bon appétit les bobos 🙂

20160124_134744
On peut aussi la manger lors d’un brunch !

 

Un grand week-end à Marseille

Une destination dans ma liste mentale depuis un moment déjà !

Marseille c’est très bien relié, il fait beau même en janvier, on mange bien et la nature est MAGNIFIQUE.

20160112_133545
Une calanque !

Je vous conseille évidemment le tout récent MuCEM, musée des civilisations, de l’Europe et de la Méditerranée. J’ai préféré son point de vue sur la méditerranée, berceau de l’être humain et de la démocratie, et ses expositions temporaires (en ce moment: j’aime les panoramas ici) à ses collections permanentes un peu ténues.

20160110_154106

le prodigieux trimaran « Brigitte Bardot » de Sea Shepherd était garé là. Je sais pas pourquoi, mais c’était bien.

Ne manquez pas non plus Notre-Dame de la Garde, la « bonne mère » qui veille sur Marseille depuis sa colline.

20160111_153121
notre-dame de la Garde

Et surtout, ne quittez pas cette ville sans être allés marcher dans les calanques. Il y a des tonnes de ballades pour tous les niveaux (dont les très beaux GR 51 et 98 de Marseille jusqu’à Cassis), et c’est relié en transports en commun avec les bus 20, 21, 22, entre autres.

Bref, prenez vite votre billet de train et « descendez » dans le Sud !

20160110_14561120160111_16203720160113_16300020160112_121303

J’aime pas les gens : la connasse de la pharmacie

Parce que les gens sont énervants, et qu’il y en a une qui m’a défrisée cette semaine.

301213-21

J’étais donc à la pharmacie, pas jouasse du tout, je venais acheter un test de grossesse, parce que 10 jours de retard de règles, ça devient un poil inquiétant.

Donc déjà, tu es dans la pharmacie, à la fois stressée en pensant à tout ce que ça implique, 10 jours de retard, une grossesse non désirée, veau, vache, cochon.

Après avoir fait 4 fois le tour de la pharmacie, tu avises que les tests sont rangés en hauteur sur une étagère pour laquelle il faudra te mettre sur la pointe des pieds, te pencher en avant et tendre le bras pour l’atteindre. En-dessous, à hauteur de ton nombril (ou de ton slip plus exactement), il y a les préservatifs. Alignés en 6 rangées de 12, et tout au bord.

Quelle bonne idée monsieur le préparateur de pharmacie de ranger les capotes à l’endroit où le moindre mouvement générant un courant d’air va les faire tomber ! Si c’est la place qui te manque, pourquoi tu mets pas plutot les bidons de lait maternisé qui risquent pas, eux, de tomber si un pan de manteau les frôle ?

D’autant plus que ce serait plus en phase avec les tests de grossesse, rapport à la suite logique des événements, plutôt que d’y mettre les capotes qui lancent un message pas très subliminal hé jouvencelle ! Si t’avais commencé par m’utiliser, t’en serais pas là ! (note personnelle : je me contraceptionne de manière adaptée à ma situation, merci)

Bien sûr, en te penchant pour attraper ton satané test, tu fais tomber 3 boites de préservatifs – qui étaient tout au bord je le rappelle – qui atterrissent par terre dans un embarrassant fracas de type tacatacasplasch. Toute la pharmacie se retourne (6 clients et 3 pharmaciens, on est dans une grande ville hein). Tu meurs de honte. Tu te précipites donc, à défaut de trou de souris à proximité immédiate, dans la queue. Tu espère que tout le monde se dira comme toi qu’ils avaient qu’à ranger correctement leurs produits dans cette pharmacie, et que c’est scandaleux d’accabler de honte cette pauvre jeune femme déjà assez dans la panade comme ça.

Que nenni.

Niet.

Nada.

La connasse était au guichet, elle a payé sa commande puis, dans son chemin vers la sortie, s’arrête face à moi qui regardais les peignes d’un air dégagé en attendant mon tour, le test de l’angoisse sous le bras, me toise et me dit :

Madame, je sais pas si vous avez remarqué, vous avez fait tomber des boites, là bas.

Et moi, au lieu de lui répondre qu’elle a qu’à aller les ramasser si ça lui gâche le paysage, que c’est pas ma faute s’ils savent pas arranger un rayon ici, qu’elle ferait moins la maligne si elle était en train de se poser des choix cornéliens à propos de fondation de famille et de je suis trop jeune bord*l, au lieu de lui rire au nez, la prendre de haut, ou au moins de réagir avec classe et élégance en me drapant dans ma dignité, comme Dignité avait disparu depuis le tacatacasplash, je balbutie d’une toute petite voix qui tremble un peu au fond, que oui, ah oui, j’irai ramasser quand j’aurai fini de faire la queue.

Les autres clients se sont re-retournés pour savourer cet instant où j’ai à nouveau cherché le trou de souris assez grand pour moi. J’étais devenue la connasse de la pharmacie, celle qui fait tomber un truc et fait semblant qu’elle va ramasser.

J’ai hésité à partir, drapée dans mon absence de dignité, mais bon, y’avait pas d’autres pharmacies dans le quartier, tout fermait à cette heure, et j’avais vraiment besoin de  faire ce test et d’en avoir le coeur net.

J’ai payé mon test, et, en partant, sous le regard satisfait des autres clients, j’ai ramassé les boites de capotes.

Un paillasson mort de honte, j’étais.

 

Epilogue : le test est négatif, merci petit Jésus.

Et j’espère très fort que la connasse vivra des torrents de misère sexuelle dans les flammes d’un enfer rempli de capotes parfum fraise chimique.